Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 13:58

 

 

« Pour une fois, voyageur, sois imprudent et détourne-toi de ton chemin. Bien qu'éveillé, sois comme le jour captif d'un filet de brouillard.

N'évite pas le jardin des cœurs égarés, là-bas, au terme de la mauvaise route ; là-bas où l'herbe est jonchée de fleurs rouges poussant à l'abandon, où des eaux mélancoliques sombrent dans la mer houleuse.

Longtemps, sans repos, tu as veillé sur le butin des années inutiles ; qu'il soit enfin dissipé ! Il te restera le triomphe désespéré d'avoir tout perdu. »

 

 

La Fugitive, suivi de Poèmes de Kabir

 Première parution en 1936

 Trad. du bengali, version française trad. de l'anglais (Inde) par Renée de Brimont et Henriette Mirabaud-Thorens

Collection Connaissance de l'Orient, format poche (n° 45), Sérieindienne, Gallimard

 Parution : 10-10-1990

 

La fugitive, suivi de Poèmes de Kabir, Rabindranath Tagore
La fugitive, suivi de Poèmes de Kabir, Rabindranath Tagore
La fugitive, suivi de Poèmes de Kabir, Rabindranath Tagore
La fugitive, suivi de Poèmes de Kabir, Rabindranath Tagore
La fugitive, suivi de Poèmes de Kabir, Rabindranath Tagore
La fugitive, suivi de Poèmes de Kabir, Rabindranath Tagore
Repost 0
Published by Martine Schnoering - dans Poésie
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 20:08

De temps à autre, j'aime relire ces courts poèmes pleins de fraîcheur que sont les haikus...

 

Dans le vieil étang

Une grenouille saute

- un ploc dans l'eau

haikupendium-v1-img7.jpg

source de l'image, et techniques du haïku

 

Bashô est l’une des figures majeures de la poésie classique japonaise. Par la force de son œuvre, il a imposé dans sa forme l’art du haïku, mais il en a surtout défini la manière, l’esprit : légèreté (karuki), recherche de la simplicité et du détachement vont de pair avec une extrême attention à la nature. Le haïku naît donc au bord du vide, de cette intuition soudaine, qui illumine le poème, c’est l’instant révélé dans sa pureté. Plus ici 

Bashô - Bibliographie

désolation hivernale

 dans le monde monochrome

 le bruit du vent

 

 

le printemps s'en va

 pleurs des oiseaux et poissons

les larmes aux yeux

 

 

dans les pluies de mai

les pattes de cette grue

 se sont raccourcies !

 

 

cet automne-ci

 pourquoi donc dois-je vieillir ?

 oiseau dans les nuages

 

 

la rosée blanche

 sa saveur solitaire

 ne l’oublie jamais !

 



Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 07:39

 

Elle nous a quittés, le 15 décembre 2014.

C'est revêtue de sa belle robe bleue, qu'elle rejoindra le pays des elfes, le 20 décembre 2014.

Les grottes, le lac de Pierre Percée, les Stampfloecher à Saverne, se souviendront longtemps de nos  fous-rires complices ! Ta grâce, ta gentillesse,  ton incroyable extra-lucidité, resteront à jamais gravés dans mon coeur.

Au-revoir, chère Chantale.

 

Grotte d'Amour - Dossenheim-sur-Zinsel, 10-2007

 

 

 

C 'est la plus jeune fée

Blonde et blanche, de lis ou de lilas coiffé,

Elle passe dans l'air

Où, sur les romarins ou sur les renoncules

Le sillage argenté de son char minuscule

Laisse deux tourbillons d'éclairs ...

Elle passe rapide, au gré des vents épars,

Et les étangs dressent leurs nénuphars,

Et les jardins tendent leurs roses,

Et les bois agitent leurs branches,

Pour qu'un instant elle s'y pose ...

Et s'y balance !

 

Fernand Gregh

Le voyage de la fée

 chantale-gr-amour--72-.JPG

Grotte d'Amour - Dossenheim-sur-Zinsel, avril 2004

Chantale-sur-la-souche--robe-fleurs--nuage-dans-l-eau.jpg

Chantale, Pierre Percée, août 2003

 

 

Articles en rapport : 

La grotte d'amour - extrait 10 du diaporama

Article - 02/12/08 - 10 du diaporama - Dixième extrait du diaporama "Les Vosges le pays des fées". Mise en scène féérique à la grotte d'amour, illuminée par le coucher de…

 

 

 

La fée bleue de la grotte d'amour (hunebourg) 1/2

La fée bleue de la grotte d'amour (hunebourg) 1/2

Article - 13/10/07 - La fée bleue de la Grotte d'Amour (Hunebourg) 1/2 -
"Ne demande pas à sortir de ce bois. Tu resteras ici, que tu le veuilles ou non.
Je suis un esprit d'un ordre peu commun. Apprends-le,
La fée bleue de la grotte d'amour (hunebourg) 2/2

La fée bleue de la grotte d'amour (hunebourg) 2/2

Article - 14/10/07 - La fée bleue de la Grotte d'Amour (Hunebourg) 2/2 -
Suite de Lafée bleue de la Grotte d'Amour (Hunebourg) 1/2
Si vous allez à la Grotte d'Amour, je ne peux…


 

 


Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 11:38

      Suite de :  Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent- Julos Beaucarne

 

Cerisier Fenneviller DSC 8859Vieux cerisier en hiver - Fennevillers (près de Pierre Percée)

 

 

Les vrais amis sont comme les arbres

Ils ont hâte de te voir

Mais restent imperturbables

Si tu ne passes pas dire bonsoir

Même après une longue absence

Tu peux renouer avec eux

Il n’y a pas d’intermittence

Te revoir les rend heureux

Les vrais amis sont comme les arbres

Plantés très loin ou bien tout près

Sans jalousie et sans alarme

Ils croissent, c’est leur métier

Les vrais amis sont comme les arbres

Ils tendent leurs bras, ne plient pas

Ils grimpent vers la lumière

C’est ce qui les met en joie

Les vrais amis sont comme les arbres

L’univers est dans leur peau

Qu’il fasse pluie, glace ou bourrasque

Ils parfument et tiennent chaud

Les vrais amis quand ils trépassent

N’en finissent pas de fleurir

Dans nos mémoires opiniâtres

Même coupés les arbres prient

 

Julos Beaucarne le 23 mai à la Bouverie 

inspiré d’un texte trouvé chez Annette Cornille

 

 

 

73234 1666607466080 6665152 n

Le hêtre " à la main bénissante ", Grand Ventron.

 

Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 08:52

dominique-et-son-arbre-4.jpg

Dominique dans son hêtre préféré.

 

 

 



" Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent, 
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
Ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles.

On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves.
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le cœur.

 

La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir.

Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance.


Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau,
Nous ne serions jamais déçus.
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même.

Moi seul connait le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie et dans sa peau...
A chacun sa texture son tissage et ses mots. "

 

Julos Beaucarne, Femmes et hommes

 

 

 

Julos-Baucarne.jpg

Julos Beaucarne - source de l'image

Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 09:30

 

 

 

 

 

(Traduction du poème dit en espagnol)

Vol suprême

 

Je veux vivre la vie aventurière

De ces oiseaux qui errent sur la mer ;

Ne pas avoir, pour gagner l’autre rive,

La vision prosaïque des chemins.

 

Pouvoir voler lorsque le soir se meurt

Au milieu des éclairs d’ambre fugaces

Et opposer aux tourbillons rapides

Un regard farouche et une aile intrépide.

 

Fuir tout l’humain ;

M’enivrer d’azur… Etre le souverain

De deux immensités : la mer, le ciel,

 

Et quand je sentirai mon cœur trop las

Mourir sur un rocher abandonné

Pour un envol les ailes déployées

 

Julian Marchena

Alas en fuga (ailes en vol)

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 09:47

Désolée de vous décevoir (quoique...) mais en fait, il s'agit d'une bière blanche.

Je l'ai dénichée à Obersteinbach, plus précisément à la ferme du Steinbach, où l'on vend de délicieux fromages de chèvre que je recommande vivement !

Un ami m'a fait remarquer un jour le lyrisme des textes figurant sur les étiquettes de certaines bières. J'ai donc été particulièremet attentive concernant celui-ci !

Et pour la photo, comme tout se passe devant mon PC, Mia dont j'ai la garde en ce moment, me tenait compagnie. En arrière-plan, un de mes cadeaux de Noël, le livre de l'exposition de Yue Minjun

 

 

Voici donc  le texte qui figure sur la bouteille de bière blanche de la Brasserie Uberach (67350 UBERACH).

 

 

Fruits du soleil et des merveilles du terroir alsacien, les bières Uberach mêlent habilement tradition et modernité.

Alliant le meilleur d'aujourd'hui, eau pure et or vert confondus, ces jouvencelles nées « au-delà de l'eau », bénéficient d'une double fermentation qui leur assure charpente gustative et finesse.

Blondes, blanches, ambrées, ou bio, ces sauvageonnes ensorcellent tout palais qui s’y frotte, usant de leur charme inné que sont la non filtration et la non pasteurisation, pour échanger avec lui un baiser de mousse inoubliable !

Légère comme le voile d'une elfe gracile, la BLANCHE UBERACH révèle dès la premières gorgées un bouquet d'arômes subtils de plantes sauvages. Épicée et fruitée, son attaque en bouche séduit au premier assaut gustatif, où sa grâce suave se fait enjôleuse autant que câline pour tout palais vierge de tels amours.

Authentique « dame blanche » du Val de Moder, aussi inoubliable que sa brasserie d'origine, cette friandise acidulée hante dorénavant votre bouche,.

Château des fées brassicole d'Alsace, bâti au-delà de l'eau telle une île bienheureuse, la brasserie Uberach compte désormais en vous, un chevalier servant de plus.

 

 


ANIMAUX-CHATS-MIA-8871.JPG

 

 

 


Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 14:24

Le plaisir de redécouvrir ce poème,  étrange, mystérieux...

 

Steinberg-nuit--7-.jpgSteinberg

 

Le grand enchanteur est mort et ce pays d'illusion s'est effacé (Young) 

 

C'est par une nuit comme celle-ci que je me suis privé du langage pour prouver mon amour et que j'ai eu affaire à une sourde.

 

C'est par une nuit comme celle-ci que j'ai cueilli sur la verdure perpendiculaire des framboises blanches comme du lait, du dessert pour cette amoureuse de mauvaise volonté.

 

C'est par une nuit comme celle-ci que j'ai régné sur des rois et des reines alignés dans un couloir de craie ! Ils ne devaient leur taille qu'à la perspective et si les premiers étaient gigantesques, les derniers, au loin, étaient si petits que d'avoir un corps visible, ils semblaient taillés à facettes.

 

C'est par une nuit comme celle-ci que je les ai laissés mourir, ne pouvant leur donner leur ration nécessaire de lumière et de raison. 

 

C'est par une nuit comme celle-ci que, beau joueur, j'ai traîné dans les airs un filet fait de tous mes nerfs. Et quand je le relevais, il n'avait jamais une ombre, jamais un pli. Rien n'était pris. Le vent aigre grinçait des dents, le ciel rongé s'abaissait et quand je suis tombé, avec un corps épouvantable, un corps pesant d'amour, ma tête avait perdu sa raison d'être.

 

C'est par une nuit comme celle-ci que naquit de mon sang une herbe noire redoutable à tous les prisonniers.

 

Paul Eluard (1895-1952)

 

 

Steinberg-nuit--6-.jpg

mégalithes et étoile filante, Steinberg

 

Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 11:28

Suite de " Si c'était le dernier, " Diam's, video, paroles

 

Je me laisse emporter par cette poésie brûlante...

 

 

 

http://youtu.be/WrdqWUJK82g

 

 

Parce que mon cœur n'est pas d'humeur... Ce soir je suis…
Ecorchée vive parce que la vie, parce que j'me tue à vivre,
Parce que j'me tue à dire aux mômes que les héros n'sont qu'dans les livres,
Ecorchée vive parce que j'comprends rien au bonheur,
Car à chaque fois qu'j'y ai gouté, j'ai toujours fini en pleurs,

 

J'suis écorchée car j'ai du mal avec l'amour,
Je suis la poésie quand tout d'un coup la haine se fait bravoure,
Ecorchée vive, j'aime la musique comme ce n'est pas permis,
Mais y'a la vie donc on n'me permet pas d'en vivre,

 

J'suis écorchée vive, si tu peux vas-y dis leur,
Que quand les riches se font la guerre se sont les pauvres qui meurent,
Ecorchée vive parce qu'y'a de l'orage à l'horizon,
Et qu'ton mari devient un criminel parce qu'il perd la raison,

 

J'suis écorchée bien sûr, comment vivre autrement ?
Quand les rêves ne servent à rien à part mentir aux enfants,
Ecorchée vive quand j'ai bâti tant bien que mal,
Une vie meilleure que celles des autres et qu'on m'a juste dit ''c'est normal'',

 

Ecorchée vive, parce que Maman je t'aime à mort,
Parce que je ne peux pas supporter qu'un jour on parte dans le remord,
J'suis écorchée parce que j't'ai confié un secret,
Parce que j'ai appris par les autres que la langue était une traitre,

 

Ecorchée vive, malgré moi, malgré la vie,
Car on me parle d'avenir quand je ne parle que d'archives,
Ecorchée vive car on fait semblant de me croire,
Parce que j'voulais faire de ma passion la plus belle de vos histoires,

 

Ecorchée vive quand l'amour fleurte avec la routine,
Et quand allant chercher une rose j'suis tombée sur une chevrotine,
Ecorchée car à 15 ans on m'a dit ''tu verras'',
J'avais vu, j'étais vaincue puis dans le ciel j'ai vu le ''rap'',

 

Ecorchée vive depuis qu'on m'a prouvé,
Qu'les passionnés soulèvent le monde quand les sceptiques le laissent tomber,
Ecorchée vive quand on m'apprend qu'j'suis un espoir,
Que j'devrais profiter d'ma gloire pour ne plus pleurer le soir,

 

Ecorchée vive, depuis quand un disque d'or te soigne,
Et depuis quand le succès stagne et puis c'est quand qu'je gagne,
Ecorchée par des non-dits, et des tabous,
Ecorchée par cette passion qui m'a rapprochée de vous,

 

Ecorchée vive ouais, par la télévision,
Qui me prouve chaque jour un peu plus que le monde ne tourne pas rond,
Ecorchée vive quand j'dis bonjour a l'amour,
Et qu'on me dit ''c' n'est pas votre tour , veuillez passer un autre jour'',

 

Ecorchée vive parce qu'il fait juste un temps de merde,
Et que demain au collège on n'verra plus Sidihamed,
Ecorchée parce que je vis dans mes poèmes,
Parce que les mots ont fait de moi cette petite gosse a problèmes,

 

Ecorchée vive parce qu'on enchaîne mes larmes,
Ca passera de toute façon avec un mec ou une arme,
Ecorchée vive parce que y'a des millions de gosses qui meurent,
Et que moi je chiale mes kilos en trop de graisse et de beurre,

 

Ecorchée vive parce que l'argent pourrait me pourrir,
Parce que monsieur l'agent se croit viril quand il nous voit souffrir,
Ecorchée vive quand on ma dit ''faut que t'es ton BAC'',
Et que j'ai dit ''j'veux pas qu'on mac j'ai rien à faire à la Fac'',

 

Ecorchée comme toutes ces fois où j'ai aimé,
Bien plus que l'homme pouvait m'aimer donc je n'ai fait que saigner,
Ecorchée y'a que ce mot pour me résumer,
Dans un monde désuni, y'a que ma Foi pour m'raisonner,

 

Ecorchée vive de vivre ainsi,
J'attends depuis toujours que la paix me fasse un signe,
Ecorchée comme cette gosse qu'on ne regarde jamais,
Combien d'années, combien de larmes, combien de 25 juillet ?

 

Ecorchée quand j'ai gobé tous vos mensonges,
Alors comme ça j'ai changé? Nan je suis toujours aussi sombre,
Ecorchée vive car j'voulais pas te faire de mal,
Oui j'ai du manquer de tact car je n'suis pas ce genre de femme,

 

Ecorchée a vif parce que ma rime prend de la ride,
J'suis jalouse maladive de ceux qui vivent l'esprit vide,
Ecorchée vive lorsque j'oscille de gauche à droite,
Dois-je penser à ma gueule, à mon peuple ou à mes droits?

 

Ecorchée vive d'avoir vendu autant de disques,
D'aimer autant mon public et d'avoir pris autant de risques,
Ecorchée quand un prof m'a dit ''que vas-tu devenir ?'',
J'ai dit ''j'suis d'jà quelqu'un, j'vous le prouverai à l'avenir'',

 

Ecorchée vive dans ce grand théâtre en feu,
J'affronte les flammes en jouant ma scène du mieux qu'je 'peux,
Ecorchée vive quand les crétins se croient des rois,
Quand les adultes ne savent rien faire a part nous montrer du doigt,

 

Ecorchée vive quand on m'oblige à faire semblant,
Ecorchée par tous ces poings quand c'est mes mains que je vous tend,
Ecorchée vive d'en vouloir toujours un peu plus,
De vouloir toujours être celle qui écrit sous l'abri bus,

 

Ecorchée vive de regarder les autres se trahir,
D'hésiter entre partir ou devenir,
J'suis écorchée , j'ai ce putain de mal être,
Dans ce monde où l'intelligence est morte face au paraître,

 

Ecorchée vive, j'veux qu'nos corps s'assemblent,
Que printemps été automne passent et que le petit nous ressemble,
Ecorchée j'ai plus d'espoir, j'ai fais naufrage,
Et puis pourquoi les insultes me touchent plus que les hommages?

 

Ecorchée vive quand j'ai cette putain d'envie de fuir,
De quitter un peu la Terre pour quitter c'qui peut me nuire,
Ecorchée vive j'comprends pas comment tu fais,
Toi qui est toujours heureux explique moi comment tu fais stp,

 

Ecorchée pourquoi autant de déportés,
Pourquoi tu fais la Guerre, ta mère ne t'a pas avorté toi,
Ecorchée y'a trop d'étoiles à décrocher,
En essayant de les compter j'ai compris qu'fallait pas rêver.

 

Ecorchée vive...

 

source

 

Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 10:56

Avec une pensée toute spéciale pour un ami, actuellement dans la souffrance, qui se reconnaîtra peut-être ?

Et puis, j'aime cette véhémence, cette non-tiédeur, cette poésie brute et forte.

 

 

« ...parce que les seuls qui m'intéressent sont les fous furieux,

ceux qui ont la fureur de vivre, la fureur de dire,

ceux qui veulent tout en même temps,

ceux qui ne baillent jamais mais qui brûlent,

brûlent comme des chandelles romaines dans la nuit. »  

Sur la route, Jack Kerouac,  

(merci Cindy)


 

 

 

http://youtu.be/iEMuCH58MDo

 

 

Parole de Si C'était Le Dernier :


Je rap, je rap, je rap...

A l'approche de la trentaine, j'appréhende la cinquantaine,
Mais seul Dieu sait si je passerai la vingtaine.
Mon avenir et mes rêves sont donc entre parenthèses.
A l'heure actuelle, j'ai mis mes cicatrices en quarantaine.
J'écris ce titre comme une fin de carrière
Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu puis j'ai fait marche arrière
S'il était mon dernier morceau, j'aimerai qu'on se souvienne
que derrière mes balafres se cachaient une reine.
Voici mon Mea Culpa, mon Mel ne coule pas non,
et Si le rimmel coule sache que mon cœur ne doute pas
Je suis entière et passionnée, rêve d'amour passionnel.
Et toi mon cœur SOS, SO est-ce que tu m'aimes?
J'ai vu le monde sous toutes ses coutures, avide de points de suture
A l'usure elles m'ont eu, ouais, mes putains d'blessures
Je vis en marge de ce monde, depuis que j'ai gouté l'enfer
Qu'il fait sombre tout à bas quand t'es perdu sans lanterne

J'ai posé un genou à terre en fin d'année 2007
On m'a dit Mel, soit on t'interne, soit on t'enterre.
Qui l'aurait cru, moi la guerrière j'ai pris une balle en pleine tête
une balle dans le moral,
Il paraît que j'ai pété un câble,
paraît qu'j'ai fait dix pas vers Dieu depuis qu'j'ai sombré
paraitrai même que je vais mieux depuis qu'on m'a laissé tomber
Car c'est comme ça dans la vie:
Quand tout va bien t'as plein d'amis,
Pui quand t'éteins, t'entend une voix qui dit: t'es seule mélanie
Relève toi pour ta mère, au moins fais le pour elle
Relève toi pour tes frères et sœurs qui aiment tes poèmes et font:
Woooooyooo, Le soir dans les salles,
woooooyoyoyooo Quand tu chantes « petite banlieusarde »
T'entends une voix qui te dit: bats toi au moins pour lui
C'est ptèt l'homme de ta vie, peut être le père de ta fille
Puis la voix se fait rare et tu t'écroules
ya plus de MTV awards à l'hôpital pour t'aider quand tu coules

Car je l'avoue oui c'est vrai j'ai fait un tour chez les dingues
La ou le bonheur se trouve dans des cachtons ou des seringues
La ou t'es rien qu'un malade, rien qu'une putain d'ordonnance
…
A st Anne, ta ptétre croisé mon ambulance,
J'ai vu des psys se prendre pour dieu,
prétendant lire dans mon cœur
Là-bas, la ou les yeux se révulsent après 21h
Seul dans ta chambre, quand faut se battre, tu déjantes
Ces putains d'médocs sont venus m'couper les jambes
Au fil du temps, sont venu m'griller les neurones
Ces charlatans de psy ont bien vu briller mes euros
tous des menteurs, tous des trafiquants d'espoir
C'est juste que j'avais un trop grand cœur
Pour un avenir trop illusoire
Prenez ce titre comme un pavé dans la gueule ou dans la main
Vous n'arrêterez pas mes coup de cœur, avec du
….
Antipsychotique, anti dépresseur, anti anti,
Normal qu'vous soyez folle, vous êtes trop gentille gentille

En vrai je suis comme tt le monde mi sagesse, mi colère
Eux m'ont dit vous êtes malade à vie
vous êtes bipolaire
Moi j'y ai cru comme une conne, alors j'ai gobé
Vu de quoi calmer mon cœur, au fond d'un gobelet
Le visage marqué par mes démons,
Ouais, j'ai pété les plombs
C'est fou comme ya du monde qui t'aime
quand tu va taper le fond
Ils sont heureux quand tu t'écroules
car tout d'un coup ils se sentent forts
Mais quand je faisais jumper les foules
eux, ils étaient morts
Ouais, ils étaient morts de jalousie
donc heureux que Diam's crève
Et quand bien même ce fut vrai,
Mélanie se relève
Aujourd'hui Mélanie plane
j'appelle ça ma renaissance
Quand mon ventre est plein,
j'ai le cœur plein de reconnaissance
Au final c'est toujours les mêmes, toujours les vrais qui me soutiennent
Ceux la même qui m'aime, que je pleure de rire ou de peine
J'écris ce titre comme si c'était le dernier de ma vie
Besoin de cracher c'que j'ai à dire
Besoin d'te raconter ma crise

A l'heure qu'il est, ici bas, si je jure que tout va bien
c'est que tt le tps derrière moi
tu peux croiser Sébastien
Laisse moi rendre hommage à ceux et celles qui m'encouragent
Les seuls qui peuvent prétendre d'faire parti d'mon entourage
Un jour j'ai changer de phone sans prévenir personne
Et la j'ai vu ceux qui ont cherché des nouvelles de ma pomme
Souvent j'me dis, à ma place, qu’est ce qu't'aurai fait si t'était Diam's
T'aurai fait péter le champagne
ou tenter de t'acheter des lames
T'aurai profiter de ta gloire pour snober ton public
Ou comprendre qu'avec ta
… tu pouvais aider l'Afrique
Dis moi, t'aurai fais quoi si t'étais moi
Est ‘ce que t'aurai tout claquer dans la soie
ou vaguer dans le noir
Dis moi qu'est'ce t'aurai fait hein, qu'est'ce t'aurai fait
quand pour un simple crocher,
tout le monde t'intente un procès
Qu'est'ce t'aurai fait? Acheter un plus grand plasma?
Impossible vu que chez moi j'ai déjà un cinéma
Ils sont mignons à les entendre faudrait ressembler à tout le monde
Je t'explique j'suis pas aux normes
Tu le sais, je suis trop ronde
T'aurai fait quoi si t'était moi?
T'aurai arrêter le rap?
Faut avouer dans ce milieu y'a peu de relations durables
T'aurai fait quoi si c'était ton dernier show?
Réclamer des millions d'euros?
Ou réclamer des des des des:
Wohoooooooooo Moi c'est c'que je réclame
Woooyooyoooyooo pas que le public m'acclame
Mais qu'il chante avec moi, nos douleurs communes
On est pareil vous et moi, on fait péter le volume
J'entends rien, je suis sourde
quand les connards jactent, quand les médias me tractent
pour savoir ce que je cache
Je leur ai donner ma plume,
ils ont voulu ma main
Je leur en ai tendu une, puis ils ont connu mon poing
Je suis rappeuse, pas chanteuse
Hey, qu'on s'entende bien
Je suis hargneuse, pas chanceuse
donc je n'vous doit rien

Je suis gentille moi, je m'énerve rarement
mais respecte toi et on te respectera: m'a dit ma maman
Je les regarde qui bataillent pour sortir du noir
Ils connaissent pas la taille des problèmes que t'apportent la gloire
Une épée de Damoclès au dessus de la tête
On ne sort jamais un thème de la réussite ou de la
…
Pire encore quand t'a pas de frère, de père et que t'es seule
A calmer ton seum pour éviter de sortir un gun
Plus j'connais les hommes, plus je risque de faire d'la tôle
Donc moins je côtoie d'monde et moins je compte d'hématomes
J'aspire à être une femme exemplaire, je l'avoue
Pas pour autant que si tu me tapes, je tendrai l'autre joue
Non j'ai le sang chaud, sans substances carribéaine
J'ai juste un ego et une rage méditerranéenne
J'suis juste la progéniture d'une sacrée guerrière
Je suis la fille d'une armure, la grand mère du rap français
Aujourd'hui je suis en paix donc je peux aider
Plaider coupable si toute fois j'ai engrainer des gens dans le péché
Quand je parlais du suicide ou de mes soucis
c'est comme si je n'avais pas saisi
pourquoi on s'acharnait à vivre
Ouais je sais, ce que c'est que d'être vide
Rien que des rides, plus de larmes, plus de rires
Plus de rage au bide, plus rien
qui puisse te bouster, du
… pr te débloquer
Mais ton mal-être n'est pas guéri, t'es juste droguée

Solidaire envers les dépressifs
Solidaire car aucun être humain sur terre
ne pourra vous portez secours
Cherche la paix au fond de toi même
J'sais que t'aimerai qu'on te libère
Qu'on te comprenne quand tu saigne
et que la vie n'a plus de goût
Faut savoir qu'à l'hôpital, j'ai comme perdu la mémoire
Donc du passé je ne garde que ce qui m'a donné espoir
Je comprends le monde maintenant
Je comprends les cons
Enfin de compte on aura tous à rendre des comptes

Alors je m'empresse d'être une fille aimante
Envers celle qui m'a porté plus de 8 mois dans son ventre
Elle qui à souffert le martyr le jour de l'accouchement
Mérite bien que je la couvre de bisous et de diamants
Ouais je m'empresse d'être une adulte pour aider mes ptites soeurs
Même si dans le tourbus? Je ressemble plus à Peter
J'aime le speed et l'attente, la droiture et la pente
car je suis le gun et la tempe
Rien que je rap car je ne parle plus trop
Voici un egotrip très gros
Ouais voici mon plus beau titre
J'ai pris la locomotive en pleine course
Emotive, j'ai pris la connerie humaine en pleine bouche
Je suis trop fragile pour ce monde
donc parfois je me barre
et si toute fois je tombe, bah je me relève et je me bats
Y'a pas de places pour les faibles, la vie est une lutte
Tu veux devenir célèbre,
sache que la vie de star est une pute
Elle te sucre ta tune, te sucre tes valeurs
T'éloigne de la lune dans des soirées VIP sans saveur
Considère moi comme une traitre,
j'ai infiltré le système
Aujourd'hui je suis prête à ne me défendre que sur scène
Et peu importe si je vends beaucoup moins de disques
Ouais, je prends le risque de m'éloigner de ce biz
Ouais ouais je veux redevenir quelqu'un d'normal
qui se balade sans avoir 10000 flashs dans la ganache

Je suis trop simple pour eux, j'aime pas les strass moi
Tu veux savoir qui j'embrasse? Mais vas-y casse toi!
Laisse-moi vivre pépère, laisse-moi rester simple
Laisse! Pas besoin d'devenir célèbre pour rester humble
En manque d'amour, j'ai couru après la reconnaissance
Puis moi, le ptit bijou, j'ai côtoyé l'indécence
J'écris ce titre comme si j'étais toujours en bas
Besoin de cracher mes tripes ouais
besoin de conter mes combats
Je suis guérie, grâce à Dieu j'ai retrouvé la vue
J'ai péri mais j'ai prié donc j'ai retrouvé ma plume
Moi qui ai passé 2008 sans écrire un texte
J'ai retrouvé mon équipe et l'amour de kilomètres
J'ai sombré tu l'aura compris donc tout s'explique
Le pourquoi de mon replis de mes voyages en Afrique
Oui j'ai compris qu'j'avais un cœur mais pas que pour mourir
Que la bas j'avais des frères et sœurs
des enfants à nourrir
Que toute cette gloire est utile, si elle peut servir
A sortir du noir tout plein de ptits qui rêvent de grandir
Ma plus grande fierté n'est pas d'être française résidente
mais d'être à la base d'un projet dont je suis présidente
C'est maintenant que ça commence, maintenant que ça tourne
Je joue un rôle de
… du Sénégal au Cameroun
En 2009, j'ai fait un tour en Algérie, au Mali,au Maroc, en Côte d'ivoire, au Gabon, en Tunisie
J'espère qu'avec le temps on n'aidera des hommes
à prendre de soin des enfants de Madagascar au Comores
C'est parti pour toute la vie, si Dieu me le permet
Elle était terne cette fille, elle était triste et fermée
T'en saura plus si tu guettes les news sur internet
Avant la Bigup foundation, c'est le BigUp Project

Si c'était mon dernier album, j'aimerai que l'on sache
que mon public est bénévole quand il l'achète dans les bacs
Moi avec l'argent du peuple je veux devenir sauveur
Donc s'il faut donner l'exemple, je suis le premier donateur
Si c'était mon dernier concert, j'aimerai que la scène
me permette de véhiculer un message personnel
Oui j'aimerai que mon public sache que je l'aime
Perdue ,dans mes problèmes, comme j'ai eu peur de vous perdre
Et si c'était mon dernier titre, j'aimerai que l'on garde de moi
l'image d'une fille qui révait d'être reine auprès du roi
Si c'était mon dernier coup de gueule, j'accuserai la France
Elle qui payera sa répression, quand elle perdra ses enfants
Si c'était ma dernière rime, je raperai comme personne
car aujourd'hui je préfère vivre et donner du courage aux hommes
Si c'était ma dernière soirée, je verrai mes amis
Ferai un carton tout foiré? pour qu'il me vanne toute la nuit
Si c'était mon dernier je t'aime, je te dirai SOS
Trouveras-tu la bouteille que j'ai jeté dans la Seine
Si c'était mon dernier câlin je le donnerai à ma mère
elle lui dirai que j'étais bien, qu'c'était aussi bien sans père
Si c'était mon dernier regard, il viserai la lune
Elle qui a éclairé ma plume, éclairé mes lectures
Et si la mort venait me dire: il ne te reste que 20 minutes
Bah j'aurai souhaité la paix....
Et j'aurai rappé 10 minutes

Je rap je rap je rap je rap...

 

Source 

 

 

Voir également : Ecorchée Vive, Diam's, video, paroles

 


Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 09:50

  (article réactualisé)

 

 

 Cascade Tendon ondine

  Montage photographique avec Céline, Petite cascade de Tendon


 

Ondine

 

 

" Ecoute ! - Ecoute ! - C'est moi, c'est Ondine qui
frôle de ces gouttes d'eau les losanges sonores de ta
fenêtre illuminée par les mornes rayons de la lune ;
et voici, en robe de moire, la dame châtelaine qui
contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau lac endormi. 


"Chaque flot est un ondin qui nage dans le courant,
chaque courant est un sentier qui serpente vers mon palais,
et mon palais est bâti fluide, au fond du lac, dans le
triangle du feu, de la terre et de l'air. 


" Ecoute ! - Ecoute ! - Mon père bat l'eau coassante
d'une branche d'aulne verte, et mes sœurs caressent de
leurs bras d'écume les fraîches îles d'herbes, de nénuphars et de glaïeuls,
ou se moquent du saule caduc et
barbu qui pêche à la ligne ! "


Sa chanson murmurée, elle me supplia de recevoir son
anneau à mon doigt pour être l'époux d'une Ondine, et
de visiter avec elle son palais pour être le roi des lacs.
Et comme je lui répondais que j'aimais une mortelle,


boudeuse et dépitée, elle pleura quelques larmes, poussa
un éclat de rire, et s'évanouit en giboulées qui ruisselèrent
blanches le long de mes vitraux bleus.

 


 

Aloysius BERTRAND (1807-1841)

(Recueil : Gaspard de la nuit)

 

 

Liste des œuvres d’Aloysius BERTRAND

 


  Ondine (mythologie)

 

  Ondine-cascade-Saint-Nicolas-Bussang-.jpg

Ondine, cascade Saint Nicolas, Bussang

 

Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 18:06

Suite de La pleine lune joue avec les arbres, le saviez-vous ?

 

... Comme quoi, la pleine lune mène à tout !

Elle m'a permis de découvrir cet auteur.

J'avoue que j'ai eu un peu le coup de foudre... (ça doit être la lune ?)

Le site de cet auteur :

 

Vérités féroces, éclat de l'esprit

Esthétique subversive et vues olympiennes

 

A déguster sans modération !

 

 

 

 

 


Qui est Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Ma photo

Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j’ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon coeur, un diamant indestructible d’un éclat indescriptible. Cet éclat transcendant, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes oeuvres. Est-ce une grâce de me lire, pensez-vous? Osons le croire.

 

 

Repost 0
Published by Mart - dans Poésie
commenter cet article

Photographies, récits...

 

Rechercher

Commander le livre

Cliquez sur l'image

Traduire

Articles Récents

  • Mes mille maisons des Vosges, le livre
    Prix ce cet ouvrage : 26 euros (20 euros et 6 euros de frais d'expédition), Je vous envoie ce livre après réception d'un chèque à mon adresse personnelle. Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante : martineschnoering@icloud.com Résumé du livre : "...
  • Livre d'or 2014
    Je publie ici tous les commentaires, beaux, drôles et autres... qui arrivent dans ma messagerie et n'apparaissent pas dans les commentaires des articles. Grâce à des liens sous chaque page, vous pourrez lire les livres d'or 2013-2012-2011-2008 Si vous...
  • livre d'or 2013
    Précédent : Livre d'or 2014 Islande, automne 2013 27/08/2013 Claude : http://j-aime-l-eft.jimdo.com/ A propos de l'article : Commentaire sur Sylvain Tesson, de la condition de la femme dans le monde Waa, quel article ! Je reviendrai souvent sur ton site,...
  • Livre d'or 2012
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2013-8859634.html 29-12-2012 de NORBERT bonjour mart j'ai découvert votre blog par hasard et depuis quelques mois je suis vos péripéties avec grand plaisir .depuis mes colonies de vacances dans...
  • livre d'or 2011 *
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2012-8859633.html 15-12-2011 Votre blog en général BALDO Agnès Bonjour j'ai découvert votre site il y a très peu de temps et je me suis donc inscrite à votre news letter dès que possible. j'y...
  • livre d'or 2010
    Précédent : Livre d'or 2009 .23/12/10 16:32 JE VOUS SOUHAITE DE BONNES FETES DE NOEL JE VOUS REMERCIE POUR VOS MERVEILLEUX REPORTAGES SUR LA FLORE ET LA FAUNE DE NOTRE REGION....C EST AVEC GRAND PLAISIR QUE JE REGARDE CES BELLES PHOTOS....MERCI ENCORE...
  • Livre d'or 2009
    Précédent : Refuge Hinterbockloch, Grand Ventron 16 novembre 2009 Bonjour !!!Nadine ROCHELBonjour Martine,Je pense que vous êtes la femme qui va me permettre de m'évader, de rêver et certainement de me conforter dans cette envie indescriptible de se lier...
  • Livre d'or 2008
    C'est la première page du livre d'Or du Site Vosges-Passion 30/12/2008 18:52 donne le bonjour à ton pereremysalut michel , ton fils à un super site Hervé dit la MASCOTTE 26/12/2008 12:35 Bonjour, cherche infos sur les abris des vosgesmikaël verspuyBonjour...
  • Le magazine Passion Vosges 2016, thème Mont Sainte Odile, est en kiosque
    Première de couverture, magazine Passion vosges 2016, thème randonnées autour du Mont Sainte Odile Cette année encore, j'ai eu le plaisir de contribuer à l'illustration de ce magazine. 31 circuits pédestres autour du Mont Saint Odile. Circuits téléchargeables...
  • Bibliographie pour un bon usage du plein air dans les Vosges
    Début de bibliographie, Pour une découverte de la nature des Vosges, sportive, naturaliste, méditative... ABBEY Edward - le gang de la clef à molette - Editions Gallmeister ABBEY Edward - Désert solitaire. Une saison dans le désert. ANDERSEN Hans Christian...