Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les expressions en « bleu » sont celles utilisées par l’auteur, R.Z.D. IZARRA 


Un « monument historique ». Voici une expression assez floue, un fourre-tout commode. Les contours du sujet étant imprécis, le terrain peut rapidement être gangrené par des considérations excessives et incontrôlées. C’est précisément sur ce chemin qui ne mène nulle part, qu’a choisi de s’engager l’auteur de cet article noir et destructeur : « Les monuments historiques m’emmerdent ».  N’y cherchez aucun sens. L’ivrognerie de la « forme » accouche d’une coquille vide. Il n’y a pas de  « fond », si ce n’est ce réceptacle inconsistant où l’auteur a déversé son miasme.

 

Dans ce qui suit je vais m’adresser directement à l’auteur : R.Z.D. IZZARA…. Une distinction simple aurait par exemple consisté à faire une différence entre :

- Les grands monuments issus de l’architecture moderne  ( le Burj Dubaï, le Willis Tower, … )   

- Les monuments anciens, nourris de tradition, de savoirs oubliés, d’espace sacré

 «  La rencontre obligée…a toujours été pour moi une corvée  » - C’est par cette simple phrase que « votre » vrai problème est cerné et posé. La visite des architectures anciennes est décrite sous l’angle presque exclusif d’une « obligation », d’une « imposition », voire d’une « brimade ».  Et vos compagnons de route sont « des fardeaux que l’on traîne » 

 

En clair, vous n’êtes pas en face de monuments en tant qu’expression d’un art mais de masses informes, colossales qui vous font peur, que vous cherchez à fuir désespérément. Sentiment de panique, d’oppression, face à des réalités sans doute trop fortes pour vous, qui vous brûlent les ailes à la manière de ces papillons de nuit qui s’approchent d’une lumière qui va finir par les consumer. Ou peut être est-ce là une angoisse de la foule, une « ochlophobie primaire » puisque vous ne manquez pas de décrier ces « hordes de touristes » parmi lesquelles peuvent pourtant évoluer des gens très éclairés, je veux dire plus instruits que vous ne semblez le penser, lorsque sans distinction vous les considérez comme des « idiots ». Ils pourraient dire la même chose de vous !  

En résumé, votre pamphlet déjanté et désespéré n’a, quant au fond,  rien à voir avec les monuments eux-mêmes, mais il est plutôt l’expression d’une psychologie régressive, d’une peur panique, d’une phobie infantile involutive. Ce que vous ne comprenez pas vous le cassez, en utilisant pour cela de fausses raisons, des chicanes verbales, des soubresauts désarticulés, des arguments simplistes, fondés sur l’émotion, avec des résidus d’«anthropomorphisme » : les monuments vous « emmerdent ».

 

Alors oui, votre langage s’entoure de toutes les pacotilles de l’éclat. C’est un feu d’artifice, verbal, une diarrhée sonore, c’est-à-dire le contraire d’une pensée qui réfléchit, creuse et interroge. Et c’est vrai qu’à une époque décadente où on aime le spectaculaire, l’image pour l’image, l’esbroufe, la fanfaronnade, l’humour sans lendemain,…c’est un langage qui peut avoir ses adeptes. Car ça brise la monotonie du quotidien. Et je vous accorde que vous êtes sûrement un bon « brise glace », mais c’est là strictement que vous devriez vous arrêter à défaut de pouvoir faire évoluer votre réflexion et votre discours.

Une cathédrale, une église romane, une pyramide, un monument mégalithique, …c’est bien autre chose que ce que vous invectivez là, avec une légèreté qui en dit plus long sur vous que sur les monuments incriminés. La spiritualité et la profondeur attachés à certains chefs d’œuvre de l’architecture médiévale ou antique, ne peuvent même pas vous effleurer, tant votre vision est réifiée, épidermique, si radicalement étrangère à l’univers de ces édifices, tout en nuance et en profondeur.

 

Et cette lumière-là, qui vient de l’intérieur, vous ne l’avez pas vue, même pas pressentie. Et vous usez alors d’un langage panique qui n’a rien à voir avec l’humour, mais qui est animé par une conduite de dépit et d’angoisse. L’immensité spirituelle de ces monuments vous submerge et vous noie. Dans ce que vous dites vous n’êtes pas dans une critique de fond qui pourrait être intéressante, voire même utile et constructive. En réalité vous êtes au mieux dans un grignotage latéral, et peut être plus justement encore, dans une cabriole de troubadour,  passé maître dans l’art de la superficialité.

Sur les temples d’Egypte vous vous voyez mal « déchiffrer les hiéroglyphes qui y sont inscrits». Là je vous donne bien raison. Votre tournure d’esprit vous mettrait vraiment mal en point pour réussir dans une telle entreprise. Ceux qui ont amorcé ce difficile travail sont  restés « humbles ». Rien à voir avec cette « stérile  », « docte »  ou « sèche » mentalité à laquelle vous faire allusion. Vous avez sans doute conservé au fond de vous un vieux complexe traumatique où s’entrechoquent l’image du père et une soumission à l’autorité mal résolue. Et pour en terminer avec votre question de « déchiffrage des hiéroglyphes », je dirai simplement : si vous ne maitrisez pas les méthodes qui sont au commencement alors oubliez définitivement de vous poser la question des fins. Trop difficile pour vous !

 

Vous êtes peut être comme beaucoup de modernes un déshérité du cœur, un orphelin de la spiritualité vraie, un désabusé de la vie,… Et si ce que je dis là n’était pas vrai, vous auriez sans doute pressenti qu’une cathédrale, une abbaye, une pyramide,…est d’abord une immense concrétion d’idées, de rêves et de passions, de savoirs et de foi,…un tout parfait dans lequel on peut se glisser librement, entrer sans crainte, pour approcher cette subtile pensée des anciens, de ceux qui savaient encore ce que nous avons depuis longtemps oublié. Il y a plus d’amour, de clins d’œil  et de secrets enfouis dans le regard de ces vieilles pierres, que vous pouvez seulement l’imaginer.

 

Et précisément puisque vous parlez de « fulgurances de l’esprit » vous en trouverez là, parmi ces monuments, et cela, sans limites, bien au-delà de ce que votre cerveau tordu pourrait simplement concevoir. Et faites bien attention à l’effet boomerang ! Car ces monuments, - n’en doutez pas -, sont de l’esprit et de la puissance incarnés. Ils frappent ! Une cathédrale apparait comme une encyclopédie vivante, très complète, finement variée, une synthèse des  connaissances médiévales. Les mois de l’année y sont représentés comme de puissants hommages à la vie. La Cathédrale de Strasbourg, - par exemple -, illustre le renouveau de Mai par un cavalier, des arbres, des fleurs, deux adolescents se tenant la main, et serrant des bouquets odorants,…toutes ces scènes étant situées au cœur d’une nature luxuriante où arbres et plantes émergent d’un humus fertile. Et, ici encore un semeur de grains, là un homme portant des raisins, plus loin une vierge, ….Que de regards et d’attitudes qui invariablement laissent sourdre une vraie profondeur, une puissance du regard que vous ne risquez pas de rencontrer chez tous nos contemporains. Des regards qui témoignent dans le silence, la flamme et l’immobilité. Savons-nous encore voir les visages comme savaient les sonder les grands maitres toscans, Giotto ou Piero della Francesca ? Regards très profonds, infiniment ouverts sur l’intérieur et son mystère, expressions de la vie, de la pensée secrète, qui voguent entre la source et la lumière, la présence et l’ailleurs.     

 

«  Les croyances des anciens égyptiens étaient des chimères… ». C’est quoi une chimère pour vous ? Comment un cerveau pétri de rationalité moderne peut-il seulement imaginer toute la finesse de pensée d’une civilisation vieille de plus de 5000 ans, inventrice des mathématiques, de l’alchimie, de la médecine, si avancée dans les domaines de l’architecture et de l’art, fondatrice d’une écriture qui était aussi une image du monde. Avons-nous encore aujourd’hui une image du monde en dehors de celle étroitement limitée de l’homme moderne occidental devenu maitre, possesseur et centre du monde ?   

« Le masque de Toutankhamon, un glacial caillou jaune….une pure stupidité ».  Dans votre jeunesse vous avez dû mélanger les cours de vos professeurs de géologie et d’art plastique. Et dans le maelström de cette confusion des genres et des méthodes vous n’avez jamais su séparer l’ivraie du bon grain. Vous me faites penser à ce quidam qui à la question « de quelle couleur est votre voiture ? »,  répond : «  il pleut  »

Quand je pense qu’à un autre moment vous dites : « ….seule compte la VERITE, la JUSTESSE de l’idée … » Et vous mettez en MAJUSCULE. Très fort !  Là vous avez réussi à outrepasser le mur du mur. A défaut d’oser vous refléter tel que vous êtes, vous en arrivez - comme disait Léo Ferré – «  à faire mentir les miroirs ».

 

Je vois d’ici votre féroce et manipulatrice défense… Vous allez nous dire que vous avez simplement voulu faire une parodie,

en essayant  d’opposer «  esprit »  et « matière », de glorifier le premier au détriment du second.  Mais c’est un schéma vraiment trop simple ? L’esprit, la sensibilité, le cœur, sont partout présents dans ces monuments que vous décriez. Ils représentent au centuple des visages réels qui vous parlent si vous savez les regarder. Il n’y a pas de différence entre l’expression d’un regard placé là devant moi et la force d’un regard transmué par l’art. Les deux témoignent d’une rencontre. Le second est parfois plus élevé que le premier. La vérité c’est qu’il n’y a pas de frontière entre la matière et l’esprit.

Les sociétés traditionnelles n’opèrent pas de distinction ontologique tranchée entre les humains, les espèces animales, végétales et le monde minéral. Les uns sont reliés aux autres dans un vaste continuum animé par des règles unitaires et gouvernés par des rapports de communauté. La sociabilité des hommes, celle des plantes, des animaux et des pierres y sont intimement liés.

 

C’est peut être pour avoir oublié cela que vous pouvez dire toutes ces  inepties, ces choses insensées qu’il aurait mieux valu taire.  Et ces «  stériles archéologues » sont bien plus jeunes et plus subtils d’esprit que vous ne le pensez. Une de leur priorité d’aujourd’hui est de sauver ce qui peut l’être face au marteau-pilon et aux bulldozers d’une civilisation qui comme vous, commence à détruire les choses par la pensée, si on peut appeler « pensée »  une diarrhée mentale. Les archéologues d’aujourd’hui sont dans la même démarche que le naturaliste qui aura toujours à cœur de faire coïncider passé-présent-futur, pour que la vie ne soit jamais « séparée », jamais  « tronquée » et qu’elle conserve cette permanente et immanente fraicheur, par quoi, - ne vous en déplaise -, elle est « sacrée », mystérieuse et d’une certaine manière impénétrable.

 

Je crois en définitive que vos propos, profondément désabusés sont bien le reflet de cette mentalité moderne décadente, qui a perdu tout repère avec la vie et qui dans un dernier soubresaut de violence cherche à détruire ce qui nous reste de racines, de savoirs vrais, de  vitalité instinctive, d’imagination et de beauté originelle.

A la manière des bulles qui montent des eaux troubles, vos réflexions sans fondements perceptibles, se seraient échappées d’une zone marécageuse de votre cerveau, d’où elles n’auraient jamais dû sortir…


Patrick willinger 6-7-2012

 


Partager cette page

Repost 0
Published by

Photographies, récits...

 

Rechercher

Commander le livre

Cliquez sur l'image

Traduire

Articles Récents

  • Tout sur l'auteure du blog
    Autoportrait Vous pouvez m'écrire à cette adresse : alice.wild@laposte.net Le livre : " Mes mille maisons des Vosges " Livre d'or Martine Schnoering et quelques photos de terrain Tous mes (auto)portraits ICI Profil blogueur Matériel photo Publications...
  • Martine Schnoering, autoportraits de vadrouilles
    Portraits au cours de vadrouilles photographiques dans les Vosges, le Jura, la Lozère. Autoportraits fait à l'aide de l'Iphone et quelquefois portraits réalisés par des amis. Pour les 5 dernières, photographies : Patrick Ozanne
  • Mes mille maisons des Vosges, le livre
    Prix ce cet ouvrage : 26 euros (20 euros et 6 euros de frais d'expédition), Je vous envoie ce livre après réception d'un chèque à mon adresse personnelle. Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante : alice.wild@laposte.net Résumé du livre : " Sans...
  • Livre d'or 2014
    Je publie ici tous les commentaires, beaux, drôles et autres... qui arrivent dans ma messagerie et n'apparaissent pas dans les commentaires des articles. Grâce à des liens sous chaque page, vous pourrez lire les livres d'or 2013-2012-2011-2008 Si vous...
  • livre d'or 2013
    Précédent : Livre d'or 2014 Islande, automne 2013 27/08/2013 Claude : http://j-aime-l-eft.jimdo.com/ A propos de l'article : Commentaire sur Sylvain Tesson, de la condition de la femme dans le monde Waa, quel article ! Je reviendrai souvent sur ton site,...
  • Livre d'or 2012
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2013-8859634.html 29-12-2012 de NORBERT bonjour mart j'ai découvert votre blog par hasard et depuis quelques mois je suis vos péripéties avec grand plaisir .depuis mes colonies de vacances dans...
  • livre d'or 2011 *
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2012-8859633.html 15-12-2011 Votre blog en général BALDO Agnès Bonjour j'ai découvert votre site il y a très peu de temps et je me suis donc inscrite à votre news letter dès que possible. j'y...
  • livre d'or 2010
    Précédent : Livre d'or 2009 .23/12/10 16:32 JE VOUS SOUHAITE DE BONNES FETES DE NOEL JE VOUS REMERCIE POUR VOS MERVEILLEUX REPORTAGES SUR LA FLORE ET LA FAUNE DE NOTRE REGION....C EST AVEC GRAND PLAISIR QUE JE REGARDE CES BELLES PHOTOS....MERCI ENCORE...
  • Livre d'or 2009
    Précédent : Refuge Hinterbockloch, Grand Ventron 16 novembre 2009 Bonjour !!!Nadine ROCHELBonjour Martine,Je pense que vous êtes la femme qui va me permettre de m'évader, de rêver et certainement de me conforter dans cette envie indescriptible de se lier...
  • Livre d'or 2008
    C'est la première page du livre d'Or du Site Vosges-Passion 30/12/2008 18:52 donne le bonjour à ton pereremysalut michel , ton fils à un super site Hervé dit la MASCOTTE 26/12/2008 12:35 Bonjour, cherche infos sur les abris des vosgesmikaël verspuyBonjour...