Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 12:32

 

De Textes humanistes
moine bouddhiste Kamo no Chomei 
Japon (1153-1216)

J'ai hérité de la succession de mon arrière grand-mère du côté paternel, et là, j'ai vécu pendant un certain temps. 

Mais ensuite, j'ai quitté la maison et je suis descendu dans le monde, et comme il y avait de très nombreuses raisons pour lesquelles je voulais vivre inaperçu, je ne pouvais pas rester là où j'étais. J'ai donc construit un chalet tout adapté à mes besoins. C'était seulement un dixième de la taille de mon ancienne maison et ne contenait qu'un salon pour moi, car je ne pouvais pas construire une vraie maison. Il avait des murs crépis bruts et pas de porte, et les piliers étaient de bambou, donc c'était vraiment rien de plus qu'une sorte de hangar. Et comme il n'était pas loin du lit du fleuve il y avait quelque danger des inondations ainsi que de l'anxiété au sujet des voleurs.

Je suis allé vivre dans ce monde insensible au milieu de nombreuses difficultés pour trente ans, et les rebuffades divers que j'ai rencontrés m'ont laissé une mauvaise opinion de cette vie éphémère. Alors, quand je suis arrivé à l'âge de cinquante-je abandonné le monde et se retira. Comme je n'avais pas de femme ou d'un enfantil n'était nullement difficile d'en sortir, ni si j'avais un rang ou un chiffre d'affaires d'égalité de me retenir. Et c'est ainsi que je viens de passer je ne sais combien d'années inutiles cachés dans les brumes du mont Ohara. Je suis maintenant âgé de soixante ans, et cette cabane où je vais passer les dernières années restantes de mon rosée comme l'existence est comme le refuge que certains chasseurs pourraient construire pour l'hébergement d'une nuit dans les collines, ou comme le cocon quelques vers à soie ancienne puissance tourner.

Si je la compare à la maison de mes années intermédiaires, il n'est pas un centième de la taille. Ainsi, l'âge aussi vieux s'appuie sur ma hutte est devenu plus petit et plus petit. Il s'agit d'un chalet d'un genre tout particulier, car il est à seulement dix pieds carrés et moins de sept pieds de haut, et comme je n'ai pas décidé de le fixer dans un endroit précis, je n'ai pas choisi le site de la divination, comme d'habitude. Les murs sont enduits de terre rugueuse et le toit est en chaume. Toutes les articulations sont articulées en métal de sorte que si la situation ne me plaît, je peux facilement prendre vers le bas et de le transporter ailleurs. Et cela peut être fait avec très peu de travail, pour l'ensemble de ne remplir deux charretées, et au-delà du petit salaire des charretiers rien d'autre n'est nécessaire.

Maintenant, cachée dans les replis de la montagne Hino, j'ai mis en place avant-toits en saillie sur le côté sud de protéger du soleil et une petite véranda en bambou dessous d'eux. A l'ouest est la plate-forme pour les offrandes d'eau et de fleurs au Bouddha, et au milieu, contre le mur ouest est une image du bouddha Amida disposés de telle sorte que le soleil couchant brille d'entre ses sourcils comme s'il émet son rayon d' lumière, tandis que sur les portes de son temple sont peints photos de Fugen et Fudo. Au cours des portes coulissantes sur le côté nord est une petite étagère sur laquelle se dressent trois ou quatre cas en cuir noir contenant des volumes de poèmes japonais et de la musique et un livre de choix dans les sutras bouddhistes. A côté de ces stand de la harpe et le luth, du genre appelé harpe et le luth pliage articulé. Sur la côte orientale est un ensemble de frondes de fougères et un tapis de paille sur lequel je dors la nuit. Dans le mur oriental il ya une fenêtre devant laquelle se trouve mon bureau. Une boîte à feu à côté de mon oreiller que je peux faire un feu de broussailles cassé complète le décor. Au nord de ma petite hutte j'ai fait un petit jardin entouré d'une clôture broussailles bas mince pour que je puisse pousser toutes sortes de plantes médicinales. Tel est le style de ma maison sans substance.

Quant à mon entourage, au sud il ya un petit bassin que j'ai faite de rochers entassés à recevoir l'eau qui coule le long d'un bambou bec-dessus, et que les arbres de la forêt atteignent près de l'avant-toit, il est facile suffisant pour obtenir du carburant. L'endroit est appelé Toyama. Il est presque caché dans une végétation touffue des arbres à feuillage persistant. Mais, bien que la vallée est envahie, il est beaucoup plus ouverte vers l'ouest, afin que je puisse contempler le paysage et méditer sur l'illumination qui vient du paradis dans ce quartier. Au printemps, je vois les grappes de glycines brillaient comme des nuages ​​pourpres sur lequel le bouddha Amida vient d'accueillir ses élus. En été, j'entends le coucou, et sa note me rappelle qu'il va bientôt me guider sur les collines de la mort dont ils l'appellent le gardien. En automne, j'entends partout le chant des cigales et la soirée se renseigner sur lui s'il est déplorer la vanité de cette vie éphémère, vide comme son écorce desséchée propre, tandis qu'en hiver la neige car il s'empile et se fond apparaît comme une allégorie de la notre mauvais Karma.

Si je me lasse pas de répéter l'invocation au Bouddha ou se sentent peu enclins à lire les soutras, et d'aller dormir ou de rester les bras croisés, il n'y a personne pour me réprimander, sans compagnon pour me faire honte. J'ai peut-être pas fait tout vœu spécial du silence, mais comme je suis tout seul, je suis un peu susceptible de heurter avec la langue, et même sans avoir l'intention de garder les commandements du bouddhisme, séparé de la société, il n'est pas facile de les briser.

Dans la matinée, que je regarde les bateaux sur la rivière Uji par Okanoya je peux voler une phrase de la Mansei moine et de comparer cette vie éphémère à la mousse blanche dans leur sillage, et d'association peut conduire moi d'essayer quelques versets moi dans son style. Ou le soir, quand j'écoute le bruissement des érables dans le vent, les premières lignes de la jeune fille luth par le grand poète chinois Po-chu-i se produisent naturellement à mon esprit, et mes chiens errants main à l'instrument et je jouent peut-être un ou deux morceaux dans le style de Minamoto Tsunenobu. Et si je suis dans l'humeur pour la musique je peux jouer la pièce intitulée Vent d'automne à l'accompagnement du craquement des arbres de pin à l'extérieur, ou que le droit eaux qui coulent en harmonie avec le murmure du ruisseau. J'ai peu d'habileté en vers ou en musique, mais je ne puis jouer et de composer pour mon propre amusement et non pour les oreilles des autres.

Au pied de la colline il ya une petite maison de broussailles où vit le gardien de ces collines.Et il a un garçon qui vient parfois me tenir compagnie, et quand le temps est lourd sur mes mains nous partons pour une promenade. Il a seize ans et j'ai soixante et si la différence d'âge est si grande, nous trouvons beaucoup d'amusement dans l'autre société. Parfois, nous recueillons l'herbe Lalong ou la roche-poire ou de nous aider à pommes de terre sauvages ou de persil, ou nous pouvons aller aussi loin que les champs de riz-au pied de nos collines et de glaner quelques épis de faire une offrande aux divinités. Si le jour est beau, nous pouvons monter une crête élevée et donnent sur le capital dans la distance et profiter de la vue sur le Mont. Kobata, Fushimi, Toba ou Hatsukashi. Beaux paysages n'a pas de propriétaire, il n'y a donc rien à entraver notre plaisir. .

Puis sur notre chemin du retour, selon la saison, il y aura des fleurs de cerisier-de cueillir et de l'érable ou la fougère ou une sorte de baies à se rassembler. Et certains d'entre eux que nous pouvons offrir au Bouddha et d'autres que nous pouvons nous manger.

Dans les soirées tranquilles je regarde par ma fenêtre la lune et de réfléchir sur les amis d'autrefois, et le cri lugubre du singe me fait souvent mouiller ma chemise de larmes. Je pourrais imaginer le nuage de lucioles être les pêche-le-feu à Makinoshima ou de la pluie à l'aube pour être le crépitement des feuilles poussées par le vent. Quand j'entends le cri creux du faisan qui pourraient être pris pour un père ou une mère hallooing à leurs enfants, comme le verset Gyogi Bosatsu de l'a. Quand je vois le cerf de montagne m'approcher sans crainte, alors je comprends comment je suis à distance du monde. Et je attiser les braises de mon feu qui couve, le meilleur ami d'un vieil homme ne peut trouver en lui quand il se réveille. Les montagnes elles-mêmes ne sont pas du tout impressionnant, même si en effet le hululement des hiboux est parfois assez triste, mais des beautés du paysage toujours changeant des collines on ne se lasse.

Et pour celui qui pense profondément et a un bon magasin de plaisir une telle connaissance est en effet inépuisable.

Quand je suis arrivé à vivre dans cet endroit, je pensais que ce serait, mais pour un peu d'espace, mais cinq ans se sont déjà écoulés. Cette cabane temporaire de la mine a l'air vieux et tannée et sur le toit des feuilles pourries sont profondes, tandis que la mousse est devenue épaisse sur le mur de plâtre. Par occasionnels nouvelles qui me parviennent de la capitale, j'apprends que le nombre de personnes distinguées qui nous ont quittés n'est pas petite, et comme à ceux d'aucune conséquence, il doit être effectivement très élevé. Et dans les divers feux, je me demande combien de maisons ont été incendiées.

Mais dans cette hutte impermanent peu de la mienne tout est calme et il n'y a rien à craindre. Il peut être petit, mais il est possible de dormir la nuit, et de s'asseoir dans la journée-temps, de sorte que, pour une personne, il ya aucun inconvénient. Le bernard-l'ermite-choisit une petite coquille et c'est parce qu'il connaît bien les besoins de son propre corps. La pêche aigle choisit une plage approximative car il ne veut pas la concurrence de l'homme. Juste moi aussi Si l'on se connaît et sait ce qu'est le monde il désire simplement pour être tranquille et heureux quand il n'a rien de pleurer sur, ne voulant rien et attentionné pour personne.

C'est la façon dont des gens quand ils construisent des maisons pour ne pas les construire pour eux-mêmes, mais pour leurs femmes et de la famille et des relations, et pour amuser leurs amis, ou peut-être leurs patrons ou des enseignants, ou pour répondre à leurs objets de valeur ou des chevaux ou des boeufs . Mais j'ai construit le mien pour mes propres besoins et non pour les autres. Et pour la bonne raison que je n'ai ni compagnon, ni personne à charge, de sorte que si j'ai construit l'agrandir qui y aurait-il de l'occuper? Et comme à des amis richesse et le respect qu'ils préfèrent ceux qui sont accueillants pour eux, mais pense que peu de ceux qui sont gentiment et honnête. Les meilleurs amis, on peut avoir des fleurs et de la lune, cordes et tuyaux. Et les serviteurs de respecter ceux qui les récompenser, et les gens de valeur pour ce qu'ils reçoivent. Si vous êtes simplement gentil et attentionné et ne pas les déranger, ils ne l'apprécieront. Donc, le meilleur serviteur vous pouvez avoir est votre propre corps, et s'il ya quelque chose à faire, fais-le toi-même. Il peut être un peu gênant peut-être, mais il est beaucoup plus facile que de dépendre des autres et cherchent à les faire.

Si vous avez d'aller n'importe où aller sur vos propres pieds. Il essaie peut-être, mais pas si bien que la peine de chevaux et de voitures. Chacun avec un corps a deux serviteurs, ses mains et ses pieds, et ils serviront exactement sa volonté. Et puisque l'esprit connaît la fatigue du corps, il ça fonctionne quand elle est vigoureuse et lui permet de se reposer quand il est fatigué. L'esprit utilise le corps, mais pas à l'excès, et quand le corps se déclenche il n'est pas vexé. Et pour aller à pied et faire son propre travail est le meilleur chemin vers la force et la santé. Vêtements et la nourriture sont les mêmes. Vêtements tissés à partir de glycine-vignes, et la literie de chanvre, couvrant tout le corps avec ce qui se rapproche le plus à portée de main, et le maintien de sa vie avec les baies et les fruits qui poussent sur les collines et les plaines, qui est le meilleur. Si vous n'avez pas aller dans le monde vous ne devez pas avoir honte de votre apparence, et si votre alimentation est pauvre il aura le meilleur goût. Je ne dis pas ces choses de l'envie des gens riches, mais seulement à partir de la comparaison de mes débuts avec la vie que je vis maintenant.

Depuis que j'ai abandonné le monde et a rompu tous ses liens, j'ai ressenti ni peur ni ressentiment. Je remets mon sort sans vie spéciale désir de vivre ou le désir de mourir.Comme un nuage dérive Je m'appuie sur aucun et n'ont pas de pièces jointes. Mon seul luxe est un bon sommeil et tout ce que je me réjouis de la beauté du changement des saisons.

Maintenant, les trois mondes phénoménaux, le Monde du Désir, le monde de la forme, et le monde du non-forme, sont tout à fait de l'esprit. Si l'esprit n'est pas au repos, les chevaux et les bœufs et les sept choses précieuses et palais et pavillons sont d'aucune utilité. Avec ce chalet solitaire de la mienne, cette cabane d'une pièce, je suis assez content. Si je sors dans la capitale je peux ressentir de la honte à ressembler à un prêtre mendiant, mais quand je reviens chez moi ici, je ressens de la compassion pour ceux qui sont encore liés par l'attraction des choses terrestres. En cas de doute me laisser considérer les poissons. Ils ne me lasse pas de l'eau, mais si vous n'êtes pas un poisson, vous ne pouvez pas comprendre leurs sentiments. Les oiseaux aussi, j'aime les bois, mais si vous êtes vous-même un oiseau que vous ne pouvez pas savoir comment ils se sentent. Il est tellement à la vie d'un ermite: Comment pouvez-vous comprendre si vous le vivez?

Maintenant, la lune de ma vie a atteint sa dernière phase et mes années restantes se rapprocher de leur proche. Lorsque je me suis vite approcher les Trois façons de l'au-delà que dois-je avoir à regretter? La loi de Bouddha enseigne que nous devons éviter tout attachement au monde des phénomènes, de sorte que l'affection que j'ai pour cette chaumière est en quelque sorte un péché, et mon attachement à cette vie solitaire peut être un obstacle à l'illumination. C'est ainsi que j'ai été babillage, il peut être, des plaisirs inutiles, et je passe mes heures précieuses en vain.

Dans les heures calmes de la nuit je pense à ces choses, et je me suis posé ces questions: Ainsi, pour abandonner le monde et habite dans les bois, a été de discipliner mon esprit et de pratiquer la loi de Bouddha ou pas? Ai-je mis sur la forme d'un reclus pendant encore mon coeur est resté impur? C'est mon logement, mais une mauvaise imitation de celle de la Saint Vimalakirrti tout mon mérite n'est même pas égale à celle de Suddhipanthaka, le plus stupide des disciples de Bouddha? Est-ce la pauvreté de la mienne, mais le châtiment pour les infractions d'une existence passée, et accomplir les désirs d'un cœur impur se posent encore à entraver mon illumination?

Et dans mon coeur il n'ya pas de réponse. Le plus que je peux faire, c'est de murmurer deux ou trois fois une invocation peut-être inutile de Bouddha. 


Egalement disponible en une autre traduction sous forme de livre: Quatre cabanes: Écrits sur l'Asie Simple Life de Stephen Addiss et Burton Watson ~ ~
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Schnoering - dans Livres - citations
commenter cet article

commentaires

Photographies, récits...

 

Rechercher

Commander le livre

Cliquez sur l'image

Traduire

Articles Récents

  • Tout sur l'auteure du blog
    Autoportrait Vous pouvez m'écrire à cette adresse : alice.wild@laposte.net Le livre : " Mes mille maisons des Vosges " Livre d'or Martine Schnoering et quelques photos de terrain Tous mes (auto)portraits ICI Profil blogueur Matériel photo Publications...
  • Martine Schnoering, autoportraits de vadrouilles
    Portraits au cours de vadrouilles photographiques dans les Vosges, le Jura, la Lozère. Autoportraits fait à l'aide de l'Iphone et quelquefois portraits réalisés par des amis. Pour les 5 dernières, photographies : Patrick Ozanne
  • Mes mille maisons des Vosges, le livre
    Prix ce cet ouvrage : 26 euros (20 euros et 6 euros de frais d'expédition), Je vous envoie ce livre après réception d'un chèque à mon adresse personnelle. Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante : alice.wild@laposte.net Résumé du livre : " Sans...
  • Livre d'or 2014
    Je publie ici tous les commentaires, beaux, drôles et autres... qui arrivent dans ma messagerie et n'apparaissent pas dans les commentaires des articles. Grâce à des liens sous chaque page, vous pourrez lire les livres d'or 2013-2012-2011-2008 Si vous...
  • livre d'or 2013
    Précédent : Livre d'or 2014 Islande, automne 2013 27/08/2013 Claude : http://j-aime-l-eft.jimdo.com/ A propos de l'article : Commentaire sur Sylvain Tesson, de la condition de la femme dans le monde Waa, quel article ! Je reviendrai souvent sur ton site,...
  • Livre d'or 2012
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2013-8859634.html 29-12-2012 de NORBERT bonjour mart j'ai découvert votre blog par hasard et depuis quelques mois je suis vos péripéties avec grand plaisir .depuis mes colonies de vacances dans...
  • livre d'or 2011 *
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2012-8859633.html 15-12-2011 Votre blog en général BALDO Agnès Bonjour j'ai découvert votre site il y a très peu de temps et je me suis donc inscrite à votre news letter dès que possible. j'y...
  • livre d'or 2010
    Précédent : Livre d'or 2009 .23/12/10 16:32 JE VOUS SOUHAITE DE BONNES FETES DE NOEL JE VOUS REMERCIE POUR VOS MERVEILLEUX REPORTAGES SUR LA FLORE ET LA FAUNE DE NOTRE REGION....C EST AVEC GRAND PLAISIR QUE JE REGARDE CES BELLES PHOTOS....MERCI ENCORE...
  • Livre d'or 2009
    Précédent : Refuge Hinterbockloch, Grand Ventron 16 novembre 2009 Bonjour !!!Nadine ROCHELBonjour Martine,Je pense que vous êtes la femme qui va me permettre de m'évader, de rêver et certainement de me conforter dans cette envie indescriptible de se lier...
  • Livre d'or 2008
    C'est la première page du livre d'Or du Site Vosges-Passion 30/12/2008 18:52 donne le bonjour à ton pereremysalut michel , ton fils à un super site Hervé dit la MASCOTTE 26/12/2008 12:35 Bonjour, cherche infos sur les abris des vosgesmikaël verspuyBonjour...