Roche des Chiens, Roche des Fées, l'orage et les orties 2/2

par Mart  -  11 Juillet 2007, 05:05  -  #Randonnées


Suite de :  Roche des Chiens, Roche des Fées, l'orage et les orties 1/2

La montée vers la Roches des Fées me semble interminable... J’ai les jambes flageolantes et un sérieux creux à l’estomac me signale qu’il ne doit pas doit être loin de midi… Oups !  Je me souviens tout à coup que le co-équipier a gardé mon casse-croûte dans son sac ! Dans le fond du mien, y aurait-il quand même un petit quelque chose à grignoter ? Mes recherches fébriles n’aboutissent qu’à quelques petits sachets de sucre… Mais j’ai vraiment une faim de loup ! Que faire ? Je ne vais quand même pas manger mes chaussures comme Charlot ?

Non, quand même pas... Qu'est-ce qu'on peut bien trouver à manger en forêt ? Ni myrtilles ni airelles dans les parages, je n'engloutirai pas non plus les baies noires, brillantes et apétissantes de cette belladone, ce que font régulièrement, parait-il, certaines personnes, juste avant d'aller à l'hôpital...

Ah ! Là, au bord du sentier, un généreux parterre d'orties attire ma convoitise… Ni une ni deux, les voici dans ma casserole en train de cuire. En quantité appréciable. Je salive patiemment devant l’ébullition verte… Les voici dans mon assiette, arrosées de sucre (pourquoi pas ?) et bientôt englouties ! Eh bien, si mon sens de la gastronomie (peu développé il est vrai) n’y trouve guère son compte, on peut dire que finalement, c’est mieux que rien. Mais bon, je dois quand même l’avouer, les orties sucrées, c’est pas terrible ! Disons que ça laisse un souvenir… En tout cas, ça redonne de l'énergie ! C'est peut-être cela la magie de la roche des fées, car si l'on observe le lieu proprement dit, on n'y voit que quelques blocs granitiques assez ordinaires...

Descente de la roche des Fées et cap sur « Les chalets Eden ». Horreur ! L'endroit n’est pas, en lui-même désagréable, mais le petit chalet refuge éponyme destiné aux randonneurs, est environné de monceaux d’ordures, n’ayant rien à voir avec le Paradis...

Mais comme il pleut comme vache qui pisse, l'abri providentiel sera de toutes façons apprécié.


Orties.JPG

 

Sa majesté l’ortie.

« Plante commune de nos campagnes et de nos jardins, l'ortie est l'une des plantes médicinales les plus riches et les plus efficaces de nos climats tempérés, mais la majorité de nos contemporains l'ignore.

Connue des Gaulois et des Romains, elle figure dans la plupart des pharmacopées anciennes. Ses vertus médicinales et ses qualités alimentaires ont été fort appréciées par nos ancêtres.

Lorsque, au XIIe siècle, le roi d'Angleterre Guillaume le Roux demanda aux médecins de l'université de Salerne de lui prescrire un régime de vie hygiénique pour son fils, ils rédigèrent le fameux ouvrage intitulé L'École de Salerne dans lequel l'Ortie, l'Ail, le Thym et d'autres "simples" figurent en bonne place.

Paracelse, le célèbre médecin de la Renaissance réservait à l'ortie une place de choix dans ses préparations tandis que Albert Dürer (1471-1528) la peignit sur un tableau célèbre, dans la main d'un ange volant vers le trône de Dieu.

Après plus d'un siècle de mépris, la Médecine officielle l'a aujourd'hui réhabilitée et reconnaît ses qualités de fortifiant, de régulateur du sang et de stimulateur des fonctions digestives ».

Source

 

Concernant cette randonnée, allez aussi faire un tour chez Philippe : 

Parcourir la forêt domaniale de la Vologne

 

 





 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :