Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 10:04
Ain, Brégnier-Cordon, sentier et grotte de la Bonne femme.
Ain, Brégnier-Cordon, sentier et grotte de la Bonne femme.
Ain, Brégnier-Cordon, sentier et grotte de la Bonne femme.
Ain, Brégnier-Cordon, sentier et grotte de la Bonne femme.
Ain, Brégnier-Cordon, sentier et grotte de la Bonne femme.

Ain, Brégnier-Cordon, sentier et grotte de la Bonne femme.

 

 

(avec une pensée" pour mon amie Dominique)

 

 

Dédicace

Je parle de pierres qui ont toujours couché dehors ou qui dorment dans leur gîte

et la nuit des filons.

Elles n’intéressent ni l’archéologue ni l’artiste ni le diamantaire.

Personne n’en fit des palais, des statues, des bijoux ; ou des digues, des remparts,

des tombeaux. Elles ne sont ni utiles ni renommées. 

Leurs facettes ne brillent sur aucun anneau, sur aucun diadème.

Elle ne publient pas, gravées en caractères ineffables, des listes de victoires, des lois d’Empire.

Ni bornes ni stèles, pourtant exposées aux intempéries, mais sans honneur ni révérence,

elles n’attestent qu’elles.

 

L’architecture, la sculpture, la glyptique, la mosaïque, la joaillerie n’en ont rien fait.

Elles sont du début de la planète, parfois venues d’une autre étoile.

Elles portent alors sur elles la torsion de l’espace comme le stigmate de leur terrible chute.

Elles sont d’avant l’homme ; et l’homme, quand il est venu, ne les a pas marquées de l’empreinte

de son art ou de son industrie.

Il ne les a pas manufacturées, les destinant à quel usage trivial, luxueux ou historique.

Elles ne perpétuent que leur propre mémoire.

Elles ne sont taillées à l’effigie de personne, ni homme ni bête ni fable.

Elles n’ont connu d’outils que ceux qui servaient à les révéler ; le marteau à cliver,

pour manifester leur géométrie latente, la meule à polir pour montrer leur grain

ou pour réveiller leurs couleurs éteintes.

 

Elles sont demeurées ce qu’elles étaient, parfois plus fraîches et plus lisibles,

mais toujours dans leur vérité : elles-mêmes et rien d’autre.

Je parle des pierres que rien n’altéra jamais que la violence des sévices tectoniques

et la lente usure qui commença avec le temps, avec elles.

Je parle des gemmes avant la taille, des pépites avant la fonte, du gel profond des cristaux avant l’intervention du lapidaire.

 

Je parle des pierres : algèbre, vertige et ordre ; des pierres, hymnes et quinconces,

des pierres, dards et corolles, orée du songe, ferment et image ;

de telle pierre pan de chevelure opaque et raide comme mèche de noyée,

mais qui ne ruisselle sur aucune tempe là où dans un canal bleu devient plus visible

et plus vulnérable une sève ; de telles pierres papier défroissé, incombustible

et saupoudré d’étincelles incertaines ; ou vase le plus étanche

où danse et prend encore son niveau derrière les seules parois absolues

un liquide devant l’eau et qu’il fallut, pour préserver, un cumul de miracles.

 

Je parle de pierres plus âgées que la vie et qui demeurent après elle sur les planètes

refroidies, quand elle eut la fortune d’y éclore.

Je parle des pierres qui n’ont même pas à attendre la mort et qui n’ont rien à faire

que laisser glisser sur leur surface le sable, l’averse ou le ressac, la tempête, le temps.

 

L’homme leur envie la durée, la dureté, l’intransigeance et l’éclat,

d’être lisses et impénétrables, et entières même brisées.

Elles sont le feu et l’eau dans la même transparence immortelle,

visitée parfois de l’iris et parfois d’une buée.

Elles lui apportent, qui tiennent dans sa paume,

la pureté, le froid et la distance des astres, plusieurs sérénités.

 

Comme qui, parlant des fleurs, laisserait de côté aussi bien la botanique

que l’art des jardins et celui des bouquets – et il lui resterait encore beaucoup à dire –

ainsi, à mon tour, négligeant la minéralogie,

écartant les arts qui des pierres font usage, je parle des pierres nues,

fascination et gloire, où se dissimule et en même temps se livre un mystère

plus lent, plus vaste et plus grave que le destin d’une espèce passagère.

 

 

Roger Caillois

Publié dans

Diogène

2004/3 (n° 207)

Éditeur : Presses Universitaires de France

 

Page 112-115

Janvier 1966

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guy 20/06/2015 10:46

Quel beau texte !! merci Martine pour ce partage..

Photographies, récits...

 

Rechercher

Commander le livre

Cliquez sur l'image

Traduire

Articles Récents

  • Tout sur l'auteure du blog
    Autoportrait Vous pouvez m'écrire à cette adresse : alice.wild@laposte.net Le livre : " Mes mille maisons des Vosges " Livre d'or Martine Schnoering et quelques photos de terrain Tous mes (auto)portraits ICI Profil blogueur Matériel photo Publications...
  • Martine Schnoering, autoportraits de vadrouilles
    Portraits au cours de vadrouilles photographiques dans les Vosges, le Jura, la Lozère. Autoportraits fait à l'aide de l'Iphone et quelquefois portraits réalisés par des amis. Pour les 5 dernières, photographies : Patrick Ozanne
  • Mes mille maisons des Vosges, le livre
    Prix ce cet ouvrage : 26 euros (20 euros et 6 euros de frais d'expédition), Je vous envoie ce livre après réception d'un chèque à mon adresse personnelle. Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante : alice.wild@laposte.net Résumé du livre : " Sans...
  • Livre d'or 2014
    Je publie ici tous les commentaires, beaux, drôles et autres... qui arrivent dans ma messagerie et n'apparaissent pas dans les commentaires des articles. Grâce à des liens sous chaque page, vous pourrez lire les livres d'or 2013-2012-2011-2008 Si vous...
  • livre d'or 2013
    Précédent : Livre d'or 2014 Islande, automne 2013 27/08/2013 Claude : http://j-aime-l-eft.jimdo.com/ A propos de l'article : Commentaire sur Sylvain Tesson, de la condition de la femme dans le monde Waa, quel article ! Je reviendrai souvent sur ton site,...
  • Livre d'or 2012
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2013-8859634.html 29-12-2012 de NORBERT bonjour mart j'ai découvert votre blog par hasard et depuis quelques mois je suis vos péripéties avec grand plaisir .depuis mes colonies de vacances dans...
  • livre d'or 2011 *
    Précédent : http://www.martineschnoering.com/pages/Livre_dor_2012-8859633.html 15-12-2011 Votre blog en général BALDO Agnès Bonjour j'ai découvert votre site il y a très peu de temps et je me suis donc inscrite à votre news letter dès que possible. j'y...
  • livre d'or 2010
    Précédent : Livre d'or 2009 .23/12/10 16:32 JE VOUS SOUHAITE DE BONNES FETES DE NOEL JE VOUS REMERCIE POUR VOS MERVEILLEUX REPORTAGES SUR LA FLORE ET LA FAUNE DE NOTRE REGION....C EST AVEC GRAND PLAISIR QUE JE REGARDE CES BELLES PHOTOS....MERCI ENCORE...
  • Livre d'or 2009
    Précédent : Refuge Hinterbockloch, Grand Ventron 16 novembre 2009 Bonjour !!!Nadine ROCHELBonjour Martine,Je pense que vous êtes la femme qui va me permettre de m'évader, de rêver et certainement de me conforter dans cette envie indescriptible de se lier...
  • Livre d'or 2008
    C'est la première page du livre d'Or du Site Vosges-Passion 30/12/2008 18:52 donne le bonjour à ton pereremysalut michel , ton fils à un super site Hervé dit la MASCOTTE 26/12/2008 12:35 Bonjour, cherche infos sur les abris des vosgesmikaël verspuyBonjour...