Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 09:01

Premier février 2010.

Journée épique de prises de vue dans la tempête de neige, au Ranch des bisons, à Petit-Réderching, dans le pays de Bitche.

Une cinquantaine de bisons d'Amérique du nord (40 femelles et jeunes et 10 mâles)  sont visibles au Ranch des bisons.


"L'EARL DU RANCH DES BISONS, située sur les hauteurs de Petit-Réderching, entre Sarreguemines et Bitche, est la continuité de l'exploitation  familiale, existant depuis 1876. Aujourd'hui, suite à la création de la société en juillet 2007, constituée des cousins Eric Schoenhentz et Robin Schall, ainsi que dans le cadre de la diversification, des bisons d'Amérique sont venus peupler leurs 80 hectares de pâturages". (source : brochure du Ranch des bisons)


Premier week-end de juillet, soirée country au ranch.

Animations pour enfants, tipis etc.

Projet de création de quatre à cinq bungalows (gites ruraux) au ranch.




ANIMAUX-5-2130.JPG


ANIMAUX-5-2119.JPG



ANIMAUX-5-2113.JPG


ANIMAUX-5-2226.JPG


Conditions de prise de vue :


Tempête de neige tout au long de la route, entre Sarrebourg et Petit-Réderching, qui n'a pas cessé de la journée, avec une température de moins quatre degrés.

J'avais souhaité de telles conditions météo, avec sans doute en mémoire les sublimes images des boeufs musqués dans la neige, de Vincent Munier. Dans le site de Vincent Munier, voir le dossier Ovibos.


Les bisons d'Amérique, ces paisibles mastodontes dont le poids peut atteindre une tonne, immobiles dans la neige, c'était vraiment un spectacle fantastique...

J'ai eu la chance inouïe qu'un minuscule oiseau jaune se pose devant le bison, pendant une seconde, à l'instant précis où j'appuyais sur le déclencheur !


Pour les prises de vue, ce n'était pas du tout évident, je n'y voyais rien, l'autofocus patinait à cause de la densité de la neige et à la fin, je me suis rendue compte que mon télé, dans le pare-soleil, était bourré de neige !

Je m'en suis apparemment rendue compte à temps car cela n'apparait dans aucune image.

 

Accès à la ferme : 2 km à pieds entre les congères dont certaines atteignaient 1,50m de haut ou plus.

Une véritable "mini-expé", agréable et stimulante, de 10 h du matin à 16 heures.

Très bon accueil des propriétaires du site.

 

Le retour, 70 km sur une route très enneigée et glissante a été délicat, mais s'est finalement déroulé sans problèmes.

suite de cet article : Les bisons d'Amérique dans la tempête de neige, à Petit Réderching 2



Partager cet article

Published by Mart - dans Animaux
commenter cet article

commentaires

En route Simone 07/02/2010 09:40


En bien ils ont du avoir bien froid. Je ne savais pas que j'avais ces "voisins" près de Réderching

Bon dimanche


Mart 07/02/2010 10:15



Ca sert à cela les blogs, faire circuler l'info !
Les bisons ne doivent pas souffrir du froid, ils ont une épaisse fourrure qui les protègent.
A mon avis, ils souffrent plutôt de la chaleur en été...
Bon dimanche à vous aussi ! 


Bruno 04/02/2010 07:51


Merci de votre passage et chapeau pour cette belle série qui m'a fait penser bien évidemment au travail de Vincent Munier. Bon jeudi.


Mart 04/02/2010 19:39


C'est bon d'être compris(e).
Je crois que c'est uniquement à cause du travail de Vincent, que j'admire profondément, que j'ai eu très envie de photographier les bisons dans des conditions de tempête de neige. Je ne les
imaginais pas autrement.
On peut dire que mes souhaits concernant la météo ont été largement exaucés par le grand Manitou...

Et... Euh... C'est souvent comme ça !


Eric Germano 04/02/2010 06:02


- Cà jette, les discrètes étiquettes oranges aux oreilles des bestiaux!
- Haaaa, les hommes et leurs détestables manies de tout dégueulasser...

Le bonjour Dame Martine...

Eric


Mart 04/02/2010 19:31


Hello Eric ! ravie de voir réapparaitre dans mes com.

C'est vrai que "ça gâche tout", ces étiquettes oranges,  le beau rêve des troupeaux de bisons sauvages galopant par milliers dans la grande prairie, juste avant que les blancs ne viennent les
massacrer pour leur piquer leur peau, a la vie dure...

J'ai pensé, je les enlève ou pas, les étiquettes ?
(ca fait du boulot en plus).
J'attendais ce style de commentaire... Je me suis dit : que celui qui n'a jamais mangé de viande me jette la première pierre !
.............................

J'ai eu aussi, dans ma messagerie perso :

"Je n'avais pas remarqué ces petits pastilles oranges avec un numéro 8074 poinçonné sur les deux oreilles de l'un des bisons.  Je sais que tu aimes bien  les couleurs chaudes qui font
contraste, mais là ça fait aussi bête de cheptel, bête de somme, bête d'enclos,...On pourrait multiplier ces qualificatifs qui nous éloignent de l'animal sauvage, vigoureux et libre, jadis maître
des vastes pauysages et des grandes prairies....
Simple opinion non critique, qui n'engage que moi"

ce à quoi j'ai répondu :
"Non, pas une critique, mais une évidence, je dirais même un pléonasme ! Hi ! hi ! 
Je n'ai jamais eu la prétention d'aller photographier des bisons sauvages, sauf si tu me payes le voyage ! Re-hihi ! "

A bientôt Eric, j'elèverai les étiquettes à quelques bisons pour toi.. Bientôt. Mais ça ne changera pas grand chose.
Amitiés.




PassionNature78 03/02/2010 21:14


Je ne dirai qu'un mot : tes photos de bisons sont magiques !!! J'adore !!!!!!!!!!!!!
Bonne journée...
Mes blogs
http://passionnature78.canalblog.com/ & http://passionphotos78.canalblog.com/


Photographies, récits...

 

Rechercher

Commander le livre

Cliquez sur l'image

Traduire

Articles Récents

  • Éloges, de Saint-John Perse
    La mer en Vendée, Photographie : Jean-Luc Febvay (Jean-Luc le Druide) Éloges de Saint-John Perse C'est le soir sur ton île et à l'entour, ici et là, partout où s'arrondit le vase sans défaut de la mer ; c'est le soir couleur de paupières, sur les chemins...
  • Miroirs, Jean Cocteau, Orphée...
    « Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus avant de renvoyer les images. » de Jean Cocteau Dialogue du film Le Sang d’un poète Portrait du photographe Olivier Frimat, reflet dans une pierre à bassin, Prayé, Donon.2003. Ci-dessous, extrait du...
  • Miroirs - Jorge Luis Borges, L’or des tigres
    Reflet dans une cupule, rocher du Hohwalsch, Walscheid. Photo : Laurent Gailmain 2005 Pourquoi t’obstiner miroir sans fin ? Pourquoi doubler, frère mystérieux, le moindre mouvement de ma main ? Pourquoi ce reflet tenace dans l’ombre ? Tu es mon alter...
  • Badonviller, col de la chapelotte, quelques images récentes.
    La guerre des mines, c’est avancer sous terre dans les galeries, c’est établir, sous les lignes de l’adversaire, une chambre chargée d’explosifs, qui en explosant tuera des soldats ennemis. On rencontrera l’ennemi à 10, 20, 50 mètres sous terre et les...
  • Les quatre accords toltèques - Don Miguel Ruiz
    Miguel Ángel Ruiz (ou Don Miguel Ruiz) est un auteur mexicain, chamane (se disant nagual) et enseignant, né en 1952. Son ouvrage Les quatre accords toltèques est un best-seller de la littérature New Age. Les quatre accords toltèques : Premier Accord :...
  • Quelques haÏkus de Bashô, " l'instant révélé dans sa pureté ".
    De temps à autre, j'aime relire ces courts poèmes pleins de fraîcheur que sont les haikus... Dans le vieil étang Une grenouille saute - un ploc dans l'eau source de l'image, et techniques du haïku Bashô est l’une des figures majeures de la poésie classique...
  • Trouver quelqu'un qu'on puisse aimer, - citations F. Pessoa, A. Pouchkine
    Nous n'aimons jamais vraiment quelqu'un. Nous aimons uniquement l'idée que nous nous faisons de ce quelqu'un. Ce que nous aimons, c'est un concept forgé par nous — et en fin de compte, c'est nous-mêmes. Fernando Pessoa Le livre de l'intranquillité Trouver...
  • " Et si la liberté consistait à posséder le temps ? ", Sylvain Tesson
    Suite de " L'homme libre possède le temps ", Sylvain Tesson Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?Tant qu’il...
  • " Depuis que j'ai quitté le monde... " Kamo no Chōmei
    Suite de : " Il se peut que mon logis soit étroit ", Kamo no Chōmei Depuis que j'ai quitté le monde, et que j'ai choisi la voie du renoncement, je me sens libre de toute haine comme de toute crainte. J'abandonne ma vie au destin, je ne désire, ni vivre...
  • Lorsque tout va mal dans notre vie... Pierre Péju
    Lorsque tout va mal dans notre vie, il suffit, certaines nuits, de lever les yeux dans le noir, pour découvrir, exactement au-dessus de notre tête, une étoile un peu plus grosse et brillante que les autres : la fameuse étoile du réconfort. On la fixe...